Feeds:
Articles
Commentaires

French Section: le nouveau livre d’Inés de la Fressange

Serait dit: le livre a la diete, puisque composé seulement de trois phrases.

Explicitement: le cadeau du Prince Russe pour Noël qui serait un éléphant bonsaï blanc, acompagné d’une invitation sur la trompe pour un diner dont le plat fort serait des fraises au sirop avec du beurre et une crevette suivi d’une soupe a l’eau avec des miettes de sel.

Inès de la Fressange If you want to read the full text, just go with the cursor over the black darkness!
Le livre à la diète Le cadeau du Prince Russe pour Noël qui serait un éléphant bonsaï blanc, acompagné d’une invitation sur la trompe pour un diner dont le plat fort serait des fraises au sirop avec du beurre et une crevette suivi d’une soupe a l’eau avec des miettes de sel.

Sorry, she doesn’t seem to have a dog. Nor a cat. But she likes post cards.

Ref.:http://www.femina.fr/blog/index.php?2005/10/31/104-ines-de-la-fressane-vous-dit-merci

Inès de la Fressane vous dit « Merci! »

Dans notre saga de l’été, nous demandions à des personnalités d’imaginer un lieu où elles partiraient seules un mois en vacances, en emportant cinq objets… Inès de la Fressange s’était prêtée (dans notre numéro 172) et avouait qu’elle aimait les cartes postales. Vous lui en avez posté des milliers. A son tour, elle vous dit « Merci ».

 » Merci Femina pour tous ces beaux cadeaux reçus tout l’été ! En effet, après la parution de l’article où je disais aimer recevoir des cartes postales, ma boîte à lettres a explosé de milliers de cartes venant des « quatre coins de l’Hexagone », comme avait dit un célèbre homme politique. Je n’imaginais pas que Femina était autant lu, mais j’ai surtout reçu tellement de messages de sympathie, touchants, amicaux, que c’était une véritable joie. Une des cartes était même brodée au petit point (unique et personnalisée !).
Il y avait aussi cette lettre si douce de cette femme qui, grâce au magazine, a trouvé mon adresse afin de me remercier pour les encouragements donnés au travers d’un article vieux de douze ans ! Voilà un autre joli cadeau… la complicité. Parfois on se demande pourquoi confier sa vie comme cela à des journalistes ; si cela donne du baume au cœur à certaines, alors cela vaut le coup ! Pardon à ceux à qui je n’ai pas répondu, mais j’ai tout lu ! Très sincèrement.

Inès de la Fressange

PS : Mon amie Mireille a été aussi submergée d’appels et la société Ricard m’a offert un très joli parasol  »

Lettre parue dans la rubrique Votre courrier, numéro 187.

Par Marilyne, pour la rédaction

Comments RSS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :